Rechercher

Une future autoroute du vélo à Lyon

Dernière mise à jour : avr. 12


Consciente de la place des cyclistes dans le trafic urbain, la Métropole de Lyon a validé le futur projet de réseau express vélo (REV).






Le 25 janvier dernier, le conseil de la Métropole de Lyon a officialisé un plan d’investissements de 3.6 milliards d’euros sur les années 2021 à 2026. Dans ce budget colossal, 580 millions d’euros seront dédiés à l’encouragement de l’utilisation des moyens de transport alternatifs à la voiture (vélos, vélos à assistance électrique, trottinette, etc.).


Une première mesure a pu être notifié décembre dernier avec les voies réservées au covoiturage sur les M6 et M7. Au-delà de cette incitation au partage de véhicule, c’est le futur Réseau Express Vélo qui entre en marche.


D’ici 2026, des aménagements cyclables de 200 à 250 kilomètres de long seront en place. Ils desserviront le cœur de l’agglomération lyonnaise mais permettront aussi de se déplacer dans la couronne périurbaine de Lyon.


En plus de ce REV, la ville lyonnaise compte étendre son réseau de pistes cyclables. D’ici la fin du mandat de Grégory Doucet, maire de Lyon, la métropole devrait proposer de 1700 à 2000 kilomètres de voies cyclable soit presque le double d’aujourd’hui (environ 1000 km).




L’association La Ville à Vélo a dévoilé un plan pour ce projet de REV. Ce plan propose une plaisante forme de cœur dont le haut se rejoint vers la gare Part-Dieu (voir plan). Pour eux, ces kilomètres de pistes cyclables devraient présenter des itinéraires d’au moins 3.5 mètres de largeur pour permettre aux cyclistes de pédaler côte à côte, de se croiser, et ce en toute sécurité. Ce réseau proposerait également des services dédiés (station de gonflage, stationnement spécifique aux vélos, etc.) pour que la mobilité des cyclistes soit maximale.




La ville prévoit également d’augmenter le nombres de places de stationnement sécurisées qui reste actuellement un frein à l’usage des vélos. 15 000 places supplémentaires devraient voir le jour. Parallèlement, le nombre d’arceaux en voirie devrait être multiplié par quatre. De quoi pouvoir jouir de 120 000 place de stationnement au total dans le territoire lyonnais.


La ville de Lyon n’est pas la première à se lancer dans le projet d’une voie rapide pour vélo. Les 38 associations du Collectif Vélo Ile-de-France ont imaginé le RER-V : le Réseau Express Régional Vélo qui suit le modèle des transports en commun. Il se découpe sous 9 lignes cyclables pour une longueur de 650 km qui relient les grands pôles de la capitale française.


Ces pistes cyclables déjà en place ou en projet sont en tendance en Europe, les précurseurs étant les pays du Nord. Leur but premier est de désengorger le trafic en ville et de contribuer à la mise en avant du vélo comme moyen de transport.


Alors pour le bien de la planète et pour le vôtre, à vos selles !

2 vues0 commentaire