Rechercher

Vélotaf et pluie : on ne se mouille pas trop


La société prend de plus en plus conscience de l’importance des émissions de CO2. Une des principales solutions dans le monde urbain serait tout simplement de remplacer la voiture individuelle par un vélo ou un vélo électrique, solution encore peu utilisée dans les villes de l’Hexagone.





Parmi les raisons pour préférer la voiture au vélo, la pluie est souvent évoquée. Pourtant, les « vélotaffeurs » (les 2% de français d'après l'INSEE qui utilisent le vélo traditionnel ou le vélo électrique pour les trajets domicile-travail) affirment qu’il n’est pas si habituel d’arriver mouillé au travail à cause de la pluie.


Cette inquiétude a été remise en question par une étude menée par Météo-France intitulée « Pour l’environnement et le climat, agir en pédalant sans (trop) se mouiller ». Dans celle-ci on retrouve une simulation de l’état du temps sur des trajets à vélo de 30 minutes dans 16 villes françaises.

Pour arriver à des résultats qui ont du sens, Météo France a étudié les données du lundi au vendredi aux alentours de 8h pour le matin et de 17h pour le soir en enlevant l’équivalent de 5 semaines de congés. « Mouiller » dans cette étude correspond à un seuil supérieur à 0.2 mm de précipitations durant le trajet, qui suffirait à tremper un vélotaffeur. Les trajets en dessous de ce seuil de précipitation n’ont pas été comptabilisés.

Les résultats de l’étude varient en fonction des régions de France et donc des climats de celles-ci. Sans surprise c’est dans le Sud de la France qu’on se mouille le moins, grâce au climat méditerranéen, soit 12 à 17 jours par an. A contrario, et donnant raison aux clichés, Brest est la ville française où l’on se mouille le plus soit 74 jours par année.


Des solutions envisageables

Oui, en France il y a des jours de pluies. Mais ça ne doit pas freiner ceux qui hésitent encore à aller travailler à vélo même s’il va falloir changer ses habitudes. Mais un temps menaçant ne doit pas vous décourager. Se protéger de la pluie à vélo est tout à fait possible et ainsi arriver flambant au bureau. Opter pour une veste de pluie passe partout ou un poncho imperméable sont des solutions qui ne prennent que très peu de place et qui valent le coup de se mettre au vélotaf pour ses nombreux bénéfices.

L’étude de Météo-France montre donc que c’est plutôt rare d’être mouillé avant d’arriver au travail, et incite donc à prendre la meilleure décision : celle de troquer sa voiture individuelle contre un vélo ou vélo électrique pour les trajets travail-domicile urbains.



Plus d’excuse pour enfourcher son vélo pour aller travailler, d’autant plus avec les beaux jours qui arrivent !


7 vues0 commentaire